Top

Omégalgue

Gamme «NUTRANAT Fondamentaux Originels»

Les bienfaits de l’Oméga 3 DHA sans les inconvénients digestifs et écologiques des huiles de poissons ou autres  êtres vivants « marins ».

La « microalgue originelle » pure et ses cofacteurs pour une grande polyvalence d’impacts : santé cérébrale, visuelle, cascade des cruciaux dérivés lipidiques « écosanoides »
Tous les compléments de la gamme « NUTRANAT Fondamentaux Originels » sont synergiques entre eux.

Composition de la boite :

  • 30 capsules DHA végétal en amidon et algue
  • 30 gélules A végétales en pullulan

Omégalgue, association végétale innovante et polyvalente

 

1) D’Oméga 3 DHA d’algue (en capsule à enveloppe végétale composée d’amidon et d’algue).
  • Huile d’algue : la souche d’algue sélectionnée (Schizochytrium sp), aliment à l’origine du DHA des espèces marines, est cultivée en eau sans iode de qualité contrôlée (dite « osmosée » pour la plus grande pureté possible).
  • Tocophérols naturels vitamine E + partie de vitamine C liposoluble stabilisant l’huile d’algue dans la capsule quant aux phénomènes de rancissement (indice de peroxyde des acides gras dans la capsule contrôlé sur 30 mois).

>>Le besoin physiologique minimal en DHA, qui est le plus rare des Omégas 3 indispensables, est désormais estimé à 250 mg par jour par les autorités de santé.

>> Cet acide gras est crucial pour la santé du cerveau, de l’œil; il intervient dans la cascade biochimique de la réaction inflammatoire : lorsque les membranes des cellules « blessées » (par un accident ou une bactérie etc.) en renferment suffisamment, l’oméga 3 DHA est libéré des membranes qu’il « assouplissait ». Une fois dans le sang, l’organisme va pouvoir synthétiser à partir du DHA des dérivés lipidiques (écosanoides) essentiels à la résolution de l’inflammation et enclenchant le signal de cicatrisation.

 

250 mg de DHA par capsule à enveloppe végétale renforcée, encore plus d’actifs en une seule prise pour répondre aux recommandations de santé. La stabilité de l’huile d’algue dans sa capsule végétale est testée quant à son indice de peroxyde (meq/kg). 

 

2) D’artichaut, de phospholipides, ainsi que d’astaxanthine (via la gélule à enveloppe végétale en pullulan donc sans HPMC)

Ainsi, en prise conjointe avec la capsule d’huile d’algue :

  • L’ artichaut biologique est apporté ici en totum ; il est depuis toujours utilisé en soutien de la digestion des lipides.
  • Les phospholipides – DE COLZA DÉSORMAIS – ils doivent physiologiquement faire partie du liquide biliaire pour que l’émulsification des acides gras puisse se faire et que l’acide gras soit absorbé par l’intestin, puis ensuite transporté par sa voie physiologique afin d’être délivré aux cellules utilisatrices.
  • L’astaxanthine – qui est le caroténoïde liposoluble pigmentant la microalgue Haematococcus Pluvialis ; nous utilisons une algue pure, de culture en milieu fermé avec une eau de qualité contrôlée.

Le statut en antioxydants du patient étant rarement suffisant, prendre des omégas 3 sans une protection les accompagnant lors de leur métabolisation en plus des antioxydants de la capsule de l’oméga 3 ne serait pas souhaitable ! Pour être efficaces et non nocifs, les fragiles oméga 3 doivent donc systématiquement être accompagnés d’antioxydants liposolubles ; et ce, pas seulement dans la capsule d’huile. Un oméga 3 DHA est un acide gras polyinsaturé qui est la cible des radicaux libres présents dans l’organisme et son oxydation dans l’organisme par manque de protection en fait un acide gras inutilisable et encombrant pour la cellule !

Les antioxydants de la capsule (vitamine E et C) servent juste à stabiliser l’huile qui interagit tout le temps dans sa capsule avec les radicaux libres.

Rappel : Le rancissement oxydatif ou peroxydation des fragiles acides gras polyinsaturés est un processus naturel qui n’est pas à prendre à la légère. L’auto-oxydation dans la capsule (générée ou entretenue par l’oxygène mêlée à l’huile, la lumière…) entraine la destruction des acides gras et l’apparition de molécules nocives ; l’alvéole du blister protège de la surexposition à l’oxygène mais ATTENTION, les antioxydants ajoutés à l’huile dans la capsule sont « consommés », « utilisés » lors des réactions naturelles de neutralisation entre radicaux libres et acides gras ; les antioxydants de la capsule ne sont donc plus suffisants dès lors que la capsule est avalée et que les acides gras sont libérés dans le système digestif dans lequel ils vont subir l’attaque oxydative des radicaux libres présents dans l’organisme. Alors oxydés, ils risquent de faire plus de mal que de bien aux cellules.


Ainsi Omegalgue propose un oméga 3 DHA essentiel naturellement pur, dosé à 250 mg par capsule,  la digestion étant soutenue à l’optimal : il est indispensable d’accompagner le DHA de nutriments le stabilisant non seulement dans sa capsule mais également en cours de digestion.

 

Apportés à l’organisme dans leurs totums naturels, les actifs 100 % végétaux d’Omegalgue ont été sélectionnés rigoureusement pour leur pureté et leur concentration en nutriments.

 

Les variations de couleurs des ingrédients naturels selon les saisons sont normales ! Surtout pour l’astaxanthine dont la couleur varie du vert-brun au rouge-orange en fonction de l’intensité du soleil (entre autres paramètres).

Vous souhaitez acheter Omégalgue ?

Vous pouvez le commander via la boutique en ligne ou par bon de commande à imprimer. Le délai de livraison moyen est d’environ 48h.

Commander via notre boutique en ligne Nutranat

Commander Omégalgue

Commander avec notre bon de commande papier

Télécharger le bon de commande papier
Bon à savoir

– DHA Oméga 3 végétal d’ huile d’ALGUE stabilisée contre la peroxydation grâce à un mélange de tocophérols naturels (vitamine E)
– PHOSPHOLIPIDES VÉGÉTAUX non OGM A IDENTITÉ PRÉSERVÉE : la contamination même par les airs est impossible
– ARTICHAUT biologique (dont polyphénols, flavonoïdes, cynarine et inuline)
– ASTAXANTHINE D’ALGUE Haematococcus Pluvialis de culture (eau de qualité contrôlée)

 

  •  250mg de DHA par capsule végétale est un minimum
  • Omegalgue n’apporte pas d’EPA car l’EPA a des contre indication (femme enceinte par exemple) et le corps peut convertir le DHA en EPA si besoin
  • Le DHA occupe des fonctions bénéfiques bien spécifiques. Il fait d’ailleurs l’objet d’allégations santé :

Le DHA (Acide docosahexaénoïque) :

  • Contribue au fonctionnement normal du cerveau¹, favorisant un bon équilibre nerveux.
  • Il aide également au maintien d’une bonne vision¹.
  • Ce dernier a aussi démontré ses bienfaits dans le développement et la santé infantiles : la consommation de DHA par la mère contribue au développement normal du cerveau et des yeux du fœtus et de l’enfant allaité².
  • Le DHA et l’EPA sont impliqués dans l’équilibre cardio-vasculaire car ils contribuent à une fonction cardiaque normale².

¹ L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 250 mg de DHA. (Acide docosahexaénoïque). (UE  n°432/2012).

² L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 200 mg de DHA, en plus de la consommation journalière d’acides gras Oméga 3 recommandée pour les adultes, soit 250 mg de DHA et d’acide eicosapentaénoïque (EPA).

³ L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 250 mg d’EPA et de DHA. (UE n°432/2012).

  • Omégalgue garantit un apport en DHA de qualité en sélectionnant une micro-algue comme source d’Oméga 3 d’origine végétale qui permet une supplémentation non pas en précurseur d’Oméga 3 contrairement à toutes les autres sources d’Oméga 3 végétal, mais bien en DHA. L’Oméga 3 est donc déjà préformé.
  • La présentation d’Omégalgue permet de respecter l’intégrité de ses principes actifs : les capsules et gélules sont sous blisters et étui, ceci prévenant le contact avec l’air et la lumière.
  • Omégalgue est très polyvalent du fait de ses actifs agissant en synergie.
Utilisations

Exemples d’utilisations découlant des allégations autorisées de l’oméga 3 DHA(*) :

Apport concentré en Oméga 3 DHA :
Cet acide gras fait partie de la constitution de quasiment toutes les cellules de organes du corps d’où son importance pour leur renouvellement et fonctionnement optimal (cœur, œil, cerveau…)

  • Santé cérébrale et nerveuse…
  • Santé de l’œil
  • Grossesse et allaitement (DHA mère, fœtus et nourrisson)
  • Éviction du poisson
  • Régime végétarien et végétalien
  • Digestion difficile des lipides (l’artichaut soutient la digestion)

Complément alimentaire à base d’actifs naturels et végétaux de sources renouvelables et durables, sélectionnés pour leurs puretés et teneurs en nutriments.

Optimisation de l’association des nutriments eux-mêmes dans leur totum.

Allégation santé

Le DHA* occupe des fonctions bénéfiques bien spécifiques. Il fait d’ailleurs l’objet d’allégations santé.

Le DHA (Acide docosahexaénoïque) :

  • contribue au fonctionnement normal du cerveau¹, favorisant un bon équilibre nerveux.
  • aide également au maintien d’une bonne vision¹.
  • ce dernier a aussi démontré ses bienfaits dans le développement et la santé infantiles : la consommation de DHA par la mère contribue au développement normal du cerveau et des yeux du fœtus et de l’enfant allaité².
  • Le DHA et l’EPA sont impliqués dans l’équilibre cardio-vasculaire car ils contribuent à une fonction cardiaque normale².

Les chercheurs ne cessent de découvrir les implications de l’oméga 3 DHA qui est bel et bien l’actif dans les huiles marines alors que les bénéfices sur la sphère cardiovasculaire, inflammatoire et émotionnelle étaient attribués à l’Oméga 3 EPA.

En effet dans un article paru dans le numero 83 de la revue EGORA Panorama du médecin du 25 AU 31 janvier 2016, Sophie Layé neurobiologiste de formation, dirigeant depuis 2010 l’unité de recherche Nutrition et neurobiologie intégrative (Inra/Université de Bordeaux/Institut polytechnique de Bordeaux)) l’explique. Les travaux de cette unité portent sur les relations entre nutrition et bien être, dans ses composantes émotionnelles et cognitives, par des approches translationnelles chez l’homme et sur des modèles animaux.

Sophie Layé travaille plus spécifiquement sur les oméga 3 et leur influence sur l’inflammation cérébrale et le comportement.

Le journaliste ED du journal  rapporte qu’elle a été récompensée le 8 décembre 2015  pour ses travaux déstinés à comprendre les relations entre la nutrition et le fonctionnement cérébral, notamment l’implication des acides gras polyinsaturés dans les fonctions cellulaires du cerveau. Elle travaille beaucoup sur les process inflammatoires.

Son équipe à confirmé les études américaines sur lesquelles la formulation d’Omegalgue s’est basée en apportant une compréhension plus fine des mécanismes en jeu.

L’apport de l’Oméga 3 DHA (et non pas EPA) participe à la régulation de l’activité synaptique au travers de la synthèse et de l’action des endocannabinoides. Cet acide gras essentiel participe également à la bonne gestion de l’entrée du glucose dans le cerveau et est un puissant modulateur de l’inflammation, dont cérébrale.

Ces récentes études prouvent clairement que des niveaux réduits d’apports en ces acides gras essentiels diminuent les fonctions des neurones impliqués dans la régulation émotionnelle, résultats corroborant les études cliniques ayant mis en évidence une association entre un déséquilibre en oméga 3 / oméga 6 et les troubles de l’humeur – jusqu’aux plus graves…

L’idéal serait donc une alimentation apportant ces concentrations recherchées en oméga DHA (250mg/jour). Mais pour cela il faudrait manger chaque jour suffisamment de poisson gras, et sachant qu’aujourd’hui  ils sont tous pollués aux métaux lourds, DDT et autres dérives toxiques se fixant justement dans les graisses des animaux marins (des minuscules crevettes jusqu’aux thons, saumons même d’élevage en mer, donc même eau Labellisé «bio». C’est la composition de la nourriture apportée qui change du non bio, pas l’eau de mer/océan… (voir les rapports de l’IFREMER SETE)

Certains fabricants d’huile de poisson cherchent à les dépolluer …

Sans parler des conséquences de la surpêche pour fournir ces omega 3 non éthiques.  Comment accepter logiquement une labellisation « ecofriendly » quand on sait comment les chaluts prélèvent les poissons et dans quel état sont les stocks de poissons dans les mers et océans ?

Les études scientifiques ont démontré pourquoi et comment chez l’homme les huiles végétales de lin, chanvre, chia, cameline, nigelle, colza, noix; pourtant riches en Omega 3 ALA ne peuvent suffisamment se convertir en DHA que le corps sait utiliser et donc est qualifié d’essentiel.

La logique veut que l’on revienne simplement et purement à la source pour pouvoir apporter ces omégas 3 vitaux à nos organismes : la souche d’algue qui synthétise cet Oméga 3 DHA et dont les poissons se nourrissent eux-même pour se fournir en oméga 3 DHA !

Nutranat vous la propose donc; mais afin de ne pas prélever cette algue bien spécifique, privant les poissons de leur nourriture notre souche d’algue a donc été cultivée en eau douce de qualité controlée (osmosée), non pas puisée en mer; n’étant pas issue d’eau de mer, elle n’est pas iodée ni allergène.

L’oméga 3 DHA est ainsi directement prélevé à la source à partir de production d’huile de microalgues, ce qui préserve la biodiversité et évite les pêches intensives. Les huiles de microalgues sont utilisées depuis quelques années comme bases d’additifs pour formules de laits pour bébés enrichis en DHA. Elles permettent de rapprocher le lait maternisé du lait maternel où cet Oméga 3 est présent naturellement car transmis par la mère qui le prélève dans son organisme.

Attention à ne pas arrêter trop tôt la réflexion cependant !

Car si l’apport d’oméga 3 DHA est essentiel (et que l’alimentation d’aujourd’hui doit être complémentée par ces supers aliments que certaines souches d’algue nous fournissent) encore faut il être certain que ce nutriment essentiel qu’est le DHA (des etudes ont été menées sur le cerveau, le cœur et la fonction vasculaire, l’œil, la peau, les muqueuses, les tendons et ligaments, les mécanismes anti inflammation, anti sclérose…) sera bien protégé de l’oxydation avant et pendant sa digestion et bien absorbé par nos foies bien souvent affaiblis en enzymes, en antioxydants et surchargés ; donc métabolisant mal les nutriments, fournissant un liquide biliaire de faible qualité et en faible quantité…

Les nutriments accompagnant le précieux DHA sont donc cruciaux eux aussi…

 

¹L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 250 mg de DHA. (Acide docosahexaénoïque).(UE  n°432/2012).

²L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 200 mg de DHA, en plus de la consommation journalière d’acides gras Oméga 3 recommandée pour les adultes, soit 250 mg de DHA et d’acide eicosapentaénoïque (EPA).

³L’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 250 mg d’EPA et de DHA. (UE n°432/2012).

Posologie

30 capsules + 30 gélules = 1 mois de prise moyenne dans une utilisation en prévention ou en entretien.

1 capsule jaune + 1 gélule transparente par jour en une même prise au repas du soir.

Posologies individualisées :
Voir avec votre professionnel de santé qui pourra adapter la dose de DHA (capsule jaune) et d’artichaut + phospholipides + astaxanthine (gélule) permettant de gérer au mieux votre cas particulier selon votre statut  inflammatoire, etc…

Enveloppes végétales :
Capsules en amidon et algue;  gélules en pullulan.
Sans HPMC : hypromellose, matériaux le plus courant pour les gélules végétales. Sans dioxyde de titane, ni stéarate de magnésium.

Quantité de nutriments par gélule/capsule

 

Liste détaillée des ingrédients

Ingrédients capsule : Huile extraite de la microalgue Schyzochitrium sp riche en DHA dont 250 mg d’Oméga 3 DHA, palmitate d’ascorbyle (part de la vitamine C liposoluble), extrait riche en tocophérol naturel. Enveloppe de la capsule : glycérol végétal, amidon de maïs non OGM, polysaccharide (galactane) extrait d’algues rouges, eau, carbonate de sodium.

Ingrédients gélule : Poudre de parties aériennes de Cynara scolymus (artichaut) Bio, complexe de phospholipides (dont phosphatidylcholine) de COLZA, poudre de microalgue Haematoccocus pluvalis titrée en astaxanthine 5%, extrait sec d’exsudat de bambou (B. bambos (L.) Voss) titré en silice naturelle, carbonate de magnésium d’origine naturelle. Enveloppe de la gélule : pullulan végétal.

 

Les variations de couleurs des ingrédients naturels selon les saisons sont normales surtout pour l’astaxanthine dont la couleur varie du vert/brun au rouge/orange en fonction de l’intensité du soleil. La couleur des gélules peut donc varier du vert au brun-orangé.

Produit compatible avec une alimentation végétalienne, végétarienne, végane.

Public concerné

Convient donc également :

  • aux végétariens et végétaliens.
  • aux personnes digérant mal les «omégas 3» de poisson, crustacés, etc…
  • aux intolérants aux produits de la mer.
  • aux personnes ne souhaitant pas s’exposer aux polluants marins ni puiser dans les réserves marines.
  • Sans pollution marine ou irradiation.
  • Ingrédients sans OGM ni gluten.
  • Sans colorants ni conservateurs.
  • Sans ingrédients animaux ni dérivés.
  • Non testé sur les animaux.
Précautions

L’huile d’algue, non allergène, contenue dans la capsule Omegalgue est exempte d’iode; seule l’enveloppe de la capsule elle-même peut en contenir à l’état de trace.

La gélule de poudre d’Omegalgue est contre indiquée en cas d’obstruction des voies biliaires, d’allergie aux plantes de la famille de l’artichaut ou à la lécithine de colza (dans laquelle les protéines ou les isoflavones seraient tout au plus décelables à l’état de trace en terme de micro ppm).

Le professionnel de santé re-dosera l’INR des patients sous AVK vrais (Previscan etc) afin d’adapter le dosage.

Tenir hors de portée des jeunes enfants.

Respecter les doses conseillées.

Ne se substitue pas à une alimentation variée, équilibrée et à un mode de vie sain.

La poudre de bambou source de silice naturelle dans la gélule de poudre d’Omégalgue est déconseillée aux Femmes enceintes. FertiNatal leur est adapté.

Suggestions

En cas de difficultés à avaler la capsule et/ou la gélule :
La gélule peut être ouverte afin de mêler la poudre à un aliment et d’y ajouter l’huile d’algue de la capsule qui peut être également percée.

Pour enrichir le lait maternisé en huile d’algue si votre thérapeute le conseille :
Percer la capsule juste avant la consommation du biberon (cette huile d’algue est utilisée depuis longtemps pour enrichir les laits maternisés des nourrissons qui ne peuvent être allaités).
Avaler de préférence un peu avant le repas (du soir) ou au coucher avec de l’eau.

Cure de 3 à 4 mois à renouveler selon les besoins 
Suivant les conseils de votre professionnel de santé, une posologie plus adaptée pourra être affinée selon votre cas personnel et ponctuellement en tenant compte de l’action de l’artichaut sur la digestion, la sécrétion biliaire qui sera soutenue.

L’absorption chronobiologique optimale du DHA
Le soir en premier choix, puis le matin en second choix, mais la priorité reste l’observance journalière.
Donc la prise du matin peut être remplacée par une prise le midi ou plutôt remplacer celle du soir selon tolérance digestive / mg d’artichaut en une prise

Conservation

Veillez à conserver les boites d’Omegalgue en dessous de 25 degrés ; si vous les stockez pendant plusieurs mois, conservez-les de préférence dans la porte du réfrigérateur pour le stockage des boites d’avance.

Les informations présentes sur le site ne constituent pas des avis médicaux et ne sauraient engager la responsabilité du site ou de ses rédacteurs. Les compléments alimentaires ne doivent pas se substituer à une prise en charge médicale ni à un régime alimentaire varié, équilibré et à un mode de vie sain. Ils doivent être tenus hors de portée des enfants. Toujours prendre un avis médical, surtout pendant la grossesse. Les ingrédients étant naturels, les teneurs en nutriments annoncées (vitamines, oligo-éléments, polyphénols) peuvent varier légèrement. Ne pas consommer en cas d’allergie à l’un des composants ou en cas d’obstruction des voies biliaires.