Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Top

Nutriments au naturel

Nutriments au naturel apportés au sein de matrices naturelles = nutriments « organiques » = Naturalité.

nutri7

SARRASIN EN FLEUR

nutri6

GRAINES DE SARRASIN

Méfiez-vous des imitations…

Bon nombre de gélules végétales n’étant pas en pullulan végétal…

Bon nombre d’ingrédients n’étant pas naturels…

Il ne faut pas confondre « végétal » ou « naturel » avec « pur » car cela n’est pas automatiquement vrai ! Ou encore « poudres naturelles » associées lors de la mise en gélule à des vitamines de synthèse, avec naturalité.*

L’organisme est incapable de synthétiser la plupart des vitamines, il faut donc les apporter par voie alimentaire car ces molécules jouent un rôle important dans le métabolisme et permettent de nombreuses réactions chimiques vitales.

La meilleure façon de recharger son organisme en nutriments est de les lui apporter sous leur forme « organique », incorporés dans une vraie structure biologique et enzymatique qui est impossible à imiter chimiquement, comme devrait le faire notre alimentation quotidienne tellement vide d’essentiel aujourd’hui. Les vitamines et minéraux doivent être fournis à l’organisme via une matrice naturelle, vivante, liés aux molécules naturelles de la plante donc.

Il faut donc veiller à opter pour ces solutions logiques  de recharge afin de ne pas encombrer l’organisme de ce qui n’est pas absorbé à l’optimal puisque mal reconnu par l’organisme .

Une vitamine présentée à l’organisme dans une matrice naturelle de « super aliment » est absorbée à l’optimal et ne surcharge pas les organes de digestion ni les organes d’élimination. Ainsi nul besoin de proposer à l’organisme de  méga-doses comme c’est le cas avec les vitamines de synthèse isolées de naturalité.

C’est ainsi qu’il existe des maladies de survitaminose avec des vitamines de synthèse isolées qui ne se manifestent jamais avec des vitamines apportée dans leurs matrices en toute naturalité.

Avec les molécules de synthèse non intégrées à une matrice naturelle on rejoindra les traitements allopathiques qui restent indispensables en cas d’urgence, pris donc ponctuellement car déséquilibrant à coup sur au long cours.

Pour éviter au maximum d’en arriver aux situations d’urgence, il faut respecter la nature de ses cellules et entretenir leur fonctionnement avec des nutriments emplis de l’énergie de la terre, de l’eau et de la lumière que le végétal a utilisé pour sa construction. Cette énergie de vie est reconnue par nos cellules qui vibrent aux mêmes fréquences; ces nutriments non isolés de leurs co facteurs (totum d’une poudre ou d’une huile titrée en actifs) n’engendreront pas de déséquilibres en contre partie du règlement ponctuel d’un problème .

Il est logique et naturel d’avoir une démarche éthique envers ses cellules et envers notre environnement. Respect de notre nature, respect de La Nature.

esprit nutranat 1

La biodisponibilité des formes naturelles ou synthétiques des vitamines est donc déterminée par leur utilisation métabolique par l’organisme qui a besoin de co facteurs naturels pour métaboliser efficacement ces nutriments.

Exemple de la vitamine E :

  • Les tocophérols (vitamines E) ainsi que d’autres composants lipophiles comme les acides gras, le cholestérol et les autres vitamines liposolubles (vitamines D et K) sont assimilés au niveau de l’intestin grêle.
  • Une fois dans l’intestin, les tocophérols, vitamines D, K, omega 3 etc sont incorporés sous forme de chylomicrons qui passent ensuite dans le système lymphatique puis dans le sang. Ce qui implique la présence de phospholipdes entre autres co actifs.

Négliger ces évidences engendre une mauvaise recharge de l’organisme en nutriments essentiels.

Exemple de la vitamine C :

  • Anti-oxydant hydrophile qui intervient dans de nombreuses réactions enzymatiques dans les phases aqueuses notamment dans les fluides intercellulaires.
  • Nos réels besoins en Vitamine C sont compris entre 50 et 150 mg par jour selon les cas, le corps ne pouvant en métaboliser davantage et celle-ci doit être apportée sous forme naturelle associée aux bioflavonoïdes nécessaires à son assimilation.

Les dosages supérieurs revendiqués correspondent à la prise de suppléments d’acide ascorbique qui présentent une plus faible biodisponibilité qu’une vitamine extraite d’un fruit accompagnée de ses cofacteurs bioflavanoïdes même s’il peut être utile ponctuellement d’y recourir

Références liées aux différences d’assimilation entre Vitamine C isolée et vitamine C dans son contexte total incluant les cofacteurs bioflavonoides potentialisant sa biodisponibilité et son action :

  • Vinson J A, Bose P. (1988) Comparative bioavailability to humans of ascorbic acid alone or in a citrus extract. Am J Clin Nutr 48:6014.
  • Vinson J A, Bose P. (1983) Comparative bioavailability of synthetic and natural vitamin C in Guinea pigs. Nutr Rep Intl 27(4):875.
  • Chen CY, Milbury PE, Lapsley K, Blumberg JB. Flavonoids from almond skins are bioavailable and act synergistically with vitamins C and E to enhance hamster and human LDL resistance to oxidation. J Nutr. 2005 Jun;135(6):1366-73.
  • Jones E. and Hughes R.E. (1984) The influence of bioflavonoids on the absorption ofvitamin C. IRCS Med. Sci. 12 320

nutri4

Autre exemple avec les Caroténoïdes naturels :

Sources élevées dans les fruits, légumes et algues (dont Dunaliella salina ou Haematococcus Pluvialis riches en caroténoïdes naturels comme l’astaxanthine)

Ils sont lipophiles. Les principaux caroténoïdes naturels sont :

  •  b-carotene
  •  a-carotene
  • b-cryptoxanthin
  • luteine
  • zeaxanthine
  • lycopene
  •  astaxanthine

Activité antioxydante des caroténoïdes naturels de l’algue Dunaliella salina comparée aux carotènes de synthèse :

  • Murthy KN, Vanitha A, Rajesha J, Swamy MM, Sowmya PR, Ravishankar GA.
  • Life Sci 2005 Feb 4, 76 (12) 1381 – 90 Epub 2005 Jan 18
  • Plant Cell Biotechnology Department, Central Food Technological Research Institute, Mysore 570 020, India.

These results clearly indicate the beneficial effect of algal carotenoid compared to synthetic carotene as antioxidant. Owing to this property, the algae Dunaliella can be further extended to exploit, its possible application for various health benefits as nutraceuticals and food additive.

 Ces résultats indiquent clairement l’effet bénéfique des caroténoïde d’ algue par rapport aux carotènes synthétiques comme antioxydants

Les différences d’absorption entre les différentes présentations de vitamines  peuvent être faites avec d’ autres nutriments

Les aliments entiers contiennent une combinaison de substances antioxydantes, des fibres alimentaires, d’oméga-3, de protéines et des composés phytochimiques défenseurs naturels bénéfiques, non présents dans la plupart des suppléments. Les propriétés essentielles d’un organisme ou système vivant sont les propriétés d’un ensemble. Aucune des parties isolées ne les possède. Les aliments et le corps détiennent une intelligence innée qui leur permet de travailler en synergie. Il est donc nécessaire de consommer ces molécules sous la forme la plus proche possible du végétal d’origine. Le corps absorbe et utilise plus efficacement un ensemble de nutriments qu’une vitamine isolée. Les vitamines et minéraux isolés ne sont qu’une partie de l’aliment.  (voir l’article Totum)

Les nutriments qui proviennent d’aliments entiers et non d’isolats chimiques sont des  nutriments présentés dans leur état naturel ils sont plus sûrs et plus biodisponibles pour nourrir le corps. Ils  procurent une quantité de nutriments fonctionnels similaires à celle d’aliments entiers et sont plus bénéfiques pour la santé que les multivitamines isolées. D’où l’importance du totum.

nutri2

Ci-dessus, des germes de sarrasin

Clairement, Vitamines et Minéraux sont loin d’être les seuls nutriments majeurs qui expliquent le rôle protecteur des fruits, légumes et plantes. Ils doivent être apportés à l’organisme sous forme naturelle et dans leur totum. Le totum est un « ensemble moléculaire complexe et cohérent ».

Pour être assimilés au mieux par l’organisme ces molécules ont la plupart du temps besoin d’autres cofacteurs nutritionnels qui sont généralement associés dans la plante où ces nutriments ont été identifiés (composés phytochimiques ).

Les végétaux élaborent des milliers de molécules qui ont toutes un rôle important dans leurs propres processus de défense et elles participent ensemble aux conditions requises pour leur assimilation chez l’homme.

La reproduction de ces molécules isolées de leur contexte réduit souvent leur biodisponibilité comme cela a déjà été montré pour plusieurs nutriments ( Vitamine E, C …carotenoides)

Les résultats des études cliniques avec des composants pris séparément, comme la vitamine E, la vitamine C ou le béta-carotène ne montrent pas un effet aussi protecteur que ces nutriments lorsqu’ils sont consommés avec leur support naturel donc leur poudre ou huile du végétal d’origine.

Une vitamine présente dans un aliment donne la vie, alors que certaines vitamines synthétiques  peuvent être  toxiques dans certains cas.

Toxicité des hauts dosages en nutriments de synthèse

Deux études ( ATBC Study group 1994 et ER Miller 2005 ) relatives à l’effet de fortes doses de carotènes de synthèse sur le risque des fumeurs de développer un cancer du poumon ont non seulement montré que l’absorption de ces carotènes de synthèse ne réduisait pas les taux de mortalité dus au cancer mais qu’au contraire ceux-ci étaient augmentés (28% + de cancers et 17% + de morts chez les personnes qui recevaient ces vitamines de synthèse à haute dose).

Cet effet négatif des doses élevées de vitamines de synthèse n’est pas seulement observé chez les fumeurs. Une autre étude a montré que ces vitamines de synthèse a hautes doses engendraient une légère augmentation de la mortalité dans des cancers du tractus digestif.

(Voir la méta-étude The Lancet)

Les antioxydants de synthèse à forts dosages peuvent en certains cas s’avérer plus toxiques que ce qu’ils apportent de bénéfices.

En revanche ces toxicités n’apparaissent pas avec les extraits de fruits ou végétaux riches en antioxydants naturels et cofacteurs associés.

Les principales explications résideraient d’une part dans l’inadaptation de certaines molécules  aux récepteurs cellulaires et d’autre part dans le fait que ces molécules synthétiques sont isolées de leurs cofacteurs.

Leur hyperdosage pourrait contribuer à nuire à l’indispensable apoptose des cellules dégénérées.

Ces résultats négatifs ne sont jamais apparus chez les populations qui consomment les légumes et les fruits ou qui apportent les sources naturelles de ces nutriments avec des extraits totaux de ces fruits et végétaux en capsules, incluant tous les composés phytonutrititifs accompagnant ces vitamines dans leur source naturelle.

Les plantes ont élaboré des systèmes de protection très performants qui ne se limitent pas a une seule vitamine voire même à un petit groupe de vitamines.

Les composés phytochimiques présents dans les plantes légumes et fruits réputés protecteurs ont des fonctions de cofacteurs enzymatiques associés aux vitamines, mais ils ont aussi des propriétés antibactérienne, antifongique, antioxydante . Ils permettent aux plantes de survivre dans des conditions hostiles ou elles ont élaboré toute une stratégie de défense faisant intervenir de façon complémentaire l’ensemble de ces composés phytochimiques.

nutri3

C’est donc l’ensemble des composés phytochimiques élaborés par la plante qui remplissent ensemble les fonctions protectrices que l’on prête à ces végétaux.

En isoler quelques vitamines  en réduit la portée d’action, alors que les associer lors de la fabrication de compléments nutritionnels qui en réunissent tous les composants correspond davantage aux besoins nutritionnels de la population.

Selon qu’ils sont lipophiliques, hydrophiliques ou même amphiphiliques, à dose physiologique modérée,  les nutriments naturels permettent d’atténuer l ’EXCES des radicaux libres en différents milieux.

La complémentarité des principes actifs concentrés dans leurs totums végétaux naturels prévaut pour renforcer de façon synergique et globale le capital santé avec efficacité et parfaite tolérance.

 

 

  • Vitamines, réponse du Docteur Dominique RUEFF, diplômé universitaire de cancérologie. Médecin spécialiste en nutrition et prévention nutritionnelle

Les bilans sanguins, urinaires et autres le prouvent : beaucoup de gens sont en déficience, voire carence . Lorsque des études alertent sur la problématique des vitamines c’est que ces études n’étudient pas les bons compléments.

L’absorption et les propriétés des vitamines vides d’énergie de vie n’ont rien à voir avec celles des vitamines  du monde vivant (dont le monde végétal).

Source : http://www.amessi.org/Reponse-du-Dr-RUEFF-au-Journaliste-M-Soumois-sur-les-vitamines#.UrcQa7RE3Ps

  • Avis de Eric Darche, naturopathe spécialisé en nutrition :

Tous les compléments alimentaires se valent ils ?

La qualité d’un complément alimentaire dépend de l’origine de ses composants , du rapport quantitatif existant entre chaque molécule (quantité variable pour chaque nutriment en interaction), et des principes actifs proposés en fonction d’un objectif précis .
Les minéraux provenant par exemple de plantes riches en chlorophylle (comme le calcium et le magnésium), sont fortement ionisés (chargés électriquement), ce qui favorise leur assimilation par une très grande bio-disponibilité. Ils sont directement assimilables dans le flux sanguin à destination des centres de commandes hormonaux. Là, ils sont envoyés vers les cellules en ayant spécifiquement besoin dans l’organisme, et où se produisent les échanges de polarité dans l’assimilation cellulaire. Par contre les vitamines et minéraux de synthèse ne sont pas facilement assimilés par le corps, car il leur manque l’énergie vibratoire d’origine naturelle.

Dans la nature, les molécules renferment de l’énergie potentielle dans leurs liaisons. Cette énergie est libérée lors de mouvements moléculairesDans les faits, la chimie de synthèse ressemble à la nature comme une photo au sujet photographié sans pouvoir en aucun cas le remplacer.

Les orotates et les aspartates d’origine synthétique dissolvent la membrane cellulaire pour forcer le passage. De nombreuses dose ponderales d’oligo-éléments de certains compléments alimentaires (comme les sulfates… les gluconates d’origine synthétique), appauvrissent le milieu cellulaire.
Selon le Docteur Amadori, ils provoquent des co-précipitations avec d’autres sels, ou encore des biodégradations irréversibles. D’après le Docteur Assoun, c’est le cas par exemple, des gluconates synthétiques de cuivre pouvant entraîner des altérations cellulaires (excitation cellulaire, puis mort de la cellule). Au-delà des nutriments eux-mêmes, il est important de s’intéresser aussi à la composition des excipients. En effet, différents compléments alimentaires peuvent contenir du dioxyde de titane, ce qui peut potentiellement contribuer, à augmenter la coagulation du sang et provoquer des thromboses.
D’autres contiennent du polyvinyle. C’est un plastique connu comme pouvant éventuellement causer le cancer du foie ainsi que d’autres effets indésirables.
Tous ceux-ci expliquent pourquoi certaines personnes ont vu leurs maux, graves dans certains cas, disparaître, et leur santé s’améliorer après la suppression de certains compléments en vitamines et minéraux d’origine synthétique, qui sont dans certains cas maxidosés.

L’erreur commise par certaines études sur les compléments alimentaires, et de ne pas étudier et établir la différence de l’origine des molécules naturelle ou synthétique qui les composent ainsi que leurs excipients.
Aujourd’hui, en raison de différentes causes, nombre d’entre nous bénéficieraient avantageusement d’une supplémentation régulière de compléments alimentaires d’origine naturels

Regarder attentivement les étiquettes des compléments alimentaires !
1) Produit 100 % naturel voir d’origine biologique.Pour vous aider à choisir des compléments alimentaires naturels de bonne qualité, pour chaque molécule, comme par exemple : zinc, calcium, vitamine B1, B6, C, E, etc. vous devez trouver le nom du produit naturel dont à été issue la molécule : pollen, algues, huîtres etc.
2) Produit 100 % synthétique.
Dans ce cas, si en face de chaque molécule vous ne trouvez que sa quantité sans son origine, il s’agit vraisemblablement d’un produit de synthèse : Cuivre 15 mgr, Zinc 10 mgr etc.
3) Produit semi-synthétique.
Dans certains cas, des molécules synthétiques sont  ensuite rajoutées a la poudre d’origine naturelle . Vous trouvez par exemple sur l’étiquette : acide aminés et vitamine du groupe B ; Pollen. Calcium, magnésium ; algues.
Mais en face de certains nutriments, zinc, cuivre, chrome par exemple, on ne trouve pas d’origine indiqué : Zinc 15 mgr, Cuivre 10 mgr, Chrome 10 mgr.

Bibliographie & Références

  • C Manach A Scalbert, C Morand, C Rémésy, L Jimenez. Polyphenols: food sources and bioavailability, Am J Clin Nutr. 2004; 79, 727-747
  • The ATBC Study Group. The effect of vitamin E and beta carotene on the incidence of lung cancer and other cancers in male smokers. N Engl J Med 1994; 330,1029-1035
  • ER Miller, R Pastor- Barriuso, D Dalal, RA Riemersma, LJ Appel, E Guallar. Meta-analysis: High dosage vitamin E supplementation may increase all cause mortality. Ann Intern Med 2005; 142
  • CS Yang, ZY Wang. Tea and Cancer. J Natl Cancer Inst. 1993; 85, 1038_1049
  • V Crespy, G Williamson. A A review of the health effects of green tea catechins in in vivo animal models. J Nutr 2004 ; 134, 3431S-3440S
  • K.C. Min1,2,3, R.A. Kovall3, and W.A. Hendrickson1,3 : 1Howard Hughes Medical Institute, Columbia
  • University, New York, NY; 2Department of Neurology, Columbia University, New York, NY; 3Department of
  • Biochemistry and Molecular Biophysics, Columbia University, New York, NY
  • R Beliveau, D Gingras. Green tea: prevention and treatment of cancer by nutraceuticals. Lancet 2004; 364, 1021-1022
  • M Demeule J Michaud Levesque, B Annabi, D Gingras, D Boivin, J Jodoin, S Lamy, Y Bertrand, R Beliveau.
  • Green tea catechins as novel antitumor and antiangiogenic compounds. Curr Med Chem Anti canc Agents; 2002, 2, 441-63
  • AS St Leger, AL Cochrane, F Moore; factors associated with cardiac mortality in developed countries with particular reference to the consumption of wine. Lancet 1979; 1, 1017-1020
  • S Renaud, M de Longeril. Wine, alcohol, platelets and the French paradox for coronary heart disease. Lancet 1992; 339, 1523_1526
  • JG Wood, B Rogina, S Lavu, K Howitz, SL Helfand, M Tatar, D Sinclair. Sirtuin activators mimic caloricrestriction and delay ageing in metazoans. Nature 2004; 430, 686-689
  • Bjorneboe, A., Bjorneboe, G. and Drevon, C. Absorptio in, Transport and Distribution of Vitamin E. J. Nutr. 120:233-242, 1990.
  • Burton, G.W., Joyce, A. and Ingold, K.U. Is Vitamin E the Only Lipid-Soluble, Chain-Breaking Antioxidant in Human Blood Plasma and Erythrocyte Membranes? Arch. Biochem. Biophys. 221:281-290, 1983.
  • Van Gossum, A., Kurian, R., Whitwell, J. and Jeejeebhoy, K.N. Decrease in Lipid Peroxidation Measured by Breath pentane Output in Normals after Oral Supplementation with Vitamin E. Clin. Nutr. 7:53-57, 1988.
  • Fritsma, G.A. Vitamin E and Autoxidation. Am. J. Med. Tech. 49:453-456, 1983.
  • Cross, C.E. Oxygen Radicals and Human Disease. Ann. Intern. Med. 107:526-545, 1987.
  • Knight, M.E. and Roberts, R.J. Tissue Vitamin E Levels in Newborn Rabbits after Pharmacological Dosing.
  • Influence of Dose, Dosage Form and Route of Administration. Dev. Pharmacol. Ther. 8:96-106, 1985.
  • Weber, P., Bendich, A. and Machlin, L.J. Vitamin E and Human Health: Rationale for Determining Recommended Intake Levels. Nutrition 13:450-460, 1997.
  • Lehmann, J., Martin, H.L., Lashley, E.L., Marshall, M.W. and Judd, J.T. Vitamin E in Foods from High and Low Linoleic Acid Diets. J. Am. Diet. Assoc. 86:1208-1216, 1986.
  • Bauernfeind, J. Tocopherols in Foods. In: Vitamin E: A Comprehensive Treatise. Marcel Dekker, Inc., New York and Basel, pp. 99-167, 1980.
  • Horwitt, M.K. The Promotion of Vitamin E. J. Nutr. 116:1371-1377, 1986.
  • Weiser, H. and Vecchi, M. Stereoisomers of Alpha-Tocopheryl Acetate. II. Biopotencies of All Eight Stereoisomers, Individually or in Mixtures, as Determined by Rat Resorption-Gestation Tests. Internat. J. Vit. Nutr. Res. 52:351-370, 1982.
  • Horwitt, M.K. Vitamin E: A Reexamination. Am. J. Clin. Nutr. 29:569-578, 1976.
  • Ogihara, T., Nishida, Y., Miki, M. and Mino, M. Comparative Changes in Plasma and RBC Alpha-Tocopherol after Administration of dl-Alpha-Tocopheryl Acetate and d-Alpha-Tocopherol. J. Nutr. Sci. Vitaminol. 31:169-177, 1985.
  • Behrens, W.A. and Madere, R. Tissue Discrimination between Dietary RRR-Alpha- and All-Rac-Alpha-Tocopherols in Rats. J. Nutr. 121:454-459, 1991.
  • Weber, F., Gloor, U., Wursch, J. and Wiss, O. Studies on the Absorption, Distribution and Metabolism of l-Alpha-
  • Tocopherol in the Rat. Biochem. Biophys. Res. Commun. 14:189-192, 1964.
  • Ingold, K.U., Burton, G.W., Foster, D.O., Hughes, L., Lindsay, D.A. and Webb, A. Biokinetics of and Discrimination between Dietary RRR- and SRR-Alpha-Tocopherols in the Male Rat. Lipids22:163-172, 1987.
  • Kitabchi, A.E., Wimalasena, J. and Barker, J. Specific Receptor Sites for Alpha-Tocopherol in Purified Isolated Adrenocortical Cell Membrane. Biochem. Biophys. Res. Comm. 96:1739-1746, 1980.
  • Ferslew, K.E., Acuff, R.V., Daigneault, E.A., Woolley, T.W. and Stanton, P.E. Pharmacokinetics and Bioavailability of the RRR and All Racemic Stereoisomers of Alpha-Tocopherol in Humans after
  • Single Oral Administration. J. Clin. Pharmacol. 33:84-88, 1993.
  • Traber, M.G., Burton, G.W., Ingold, K.U. and Kayden, H.J. RRR- and SRR-Alpha-Tocopherols Are Secreted without Discrimination in Human Chylomicrons, but RRR-Alpha-Tocopherol Is Preferentially Secreted in Very Low-Density Lipoproteins. J. Lipid Res. 31:675-685, 1990.
  • Acuff, R.V., Thedford, S.S., Hidiroglou, N.N., Papas, A.M. and Odom, T.A. Relative Bioavailability of RRR- and All-Rac-Alpha-Tocopheryl Acetate in Humans: Studies Using Deuterated Compounds. Am. J. Clin. Nutr. 60:397-402, 1994.
  • Kiyose, C., Muramatsu, R., Kameyama, Y., Ueda, T. and Igarashi, O. Biodiscrimination of Alpha-Tocopherol Stereoisomers in Humans after Oral Administration. Am. J. Clin. Nutr. 65:785-789, 1997.
  • Acuff, R.V., Dunworth, R.G., Webb, L.W. and Lane, J.R. Transport of Deuterium-Labeled Tocopherols during Pregnancy. Am. J. Clin. Nutr. 67:459-464, 1998.
  • Burton, G.W., Traber, M.G., Acuff, R.V., Walters, D.N., Kayden, H., Hughes, L. and Ingold, K.U. Human Plasma and Tissue Alpha-Tocopherol Concentrations in Response to Supplementation with Deuterated Natural and Synthetic Vitamin E. Am. J. Clin. Nutr. 67:669-684, 1998.

Les informations présentes sur le site ne constituent pas des avis médicaux et ne sauraient engager la responsabilité du site ou de ses rédacteurs. Les compléments alimentaires ne doivent pas se substituer à une prise en charge médicale ni à un régime alimentaire varié, équilibré et à un mode de vie sain. Ils doivent être tenus hors de portée des enfants. Toujours prendre un avis médical, surtout pendant la grossesse. Les ingrédients étant naturels, les teneurs en nutriments annoncées (vitamines, oligo-éléments, polyphénols) peuvent varier légèrement. Ne pas consommer en cas d’allergie à l’un des composants ou en cas d’obstruction des voies biliaires.