Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Top

Le système immunitaire

Notre système immunitaire assure notre protection, l’intégrité de nos cellules, organes et tissus et ce grâce à différentes cellules et molécules. Ce système comprend des organes, des cellules et des molécules qui interviennent dans les réactions immunitaires,

Par exemple des réactions de défense de l’organisme contre les éléments étrangers (notamment infectieux) provenant de son environnement. Un microbe pouvant pénétrer à n’importe quel endroit de l’organisme, les organes immunitaires sont dispersés dans tout le corps. Ils comprennent la moelle rouge des os, les ganglions lymphatiques, le thymus, la rate et les amygdales.

Les différents types de cellules immunitaires

Les cellules immunitaires, les globules blancs ou leucocytes circulent dans le sang et la lymphe.

Il y a trois types de globules blancs dans le sang :

  • des monocytes (qui se transforment et que l’on appelle macrophages lorsqu’ils s’installent dans un organe) ;
  • des polynucléaires (appelés aussi granulocytes parce qu’ils contiennent des sortes de grains) ;
  • des lymphocytes.

Les monocytes, les macrophages et les polynucléaires sont capables d’ingérer des particules microbiennes ou non. C’est pour cela qu’ils sont appelés aussi phagocytes (de phagos qui signifie manger).

Les lymphocytes peuvent être de type B ou T. Il est impossible de distinguer morphologiquement un lymphocyte T d’un lymphocyte B, mais ils se distinguent par leur action. Les lymphocytes T agissent par contact direct avec les éléments étrangers à détruire, alors que les lymphocytes B agissent indirectement, en sécrétant des molécules qui vont reconnaître ces éléments étrangers. Les molécules sécrétées par les lymphocytes B sont appelées anticorps.

La circulation des globules blancs

Toutes les cellules immunitaires (mais aussi les autres éléments du sang) naissent dans la moelle rouge des os. Les globules blancs circulent en permanence dans le sang et la lymphe et s’arrêtent périodiquement dans les organes lymphoïdes (ganglions, rate). Quand ils y rencontrent un élément étranger, ils déclenchent une réaction immunitaire.

Les molécules du système immunitaire

Les cellules du système immunitaire communiquent entre elles en sécrétant toute une série de molécules appelées cytokines. Ces cytokines peuvent, par exemple, donner à une autre cellule l’instruction de s’activer ou au contraire de s’inhiber, c’est-à-dire de sécréter une certaine molécule ou au contraire d’arrêter cette sécrétion. Elles peuvent aussi être directement toxiques pour d’autres cellules.

Les lymphocytes B agissent en sécrétant les anticorps, aussi appelés immunoglobulines. Ces anticorps sont, en quelque sorte, fabriqués sur mesure, de façon à reconnaître l’élément étranger et à se fixer sur lui pour le détruire.

On appelle donc réponse immunitaire le déclenchement du système immunitaire face à une maladie.

En fait plus précisément, au sein de l’ensemble des mécanismes de défenses de l’organisme, il existe deux types de réponses: innée et acquise.

La réponse innée ou non spécifique

La réponse non spécifique, qui constitue l’immunité innée, agit en ne tenant pas compte du type de maladie qu’elle combat. Elle constitue la première ligne de défense face à une infection. Plusieurs types de mécanismes interviennent au cours de cette réponse :

  • les barrières physiques telles que la peau et les muqueuses ;
  • l’inflammation ;
  • les cellules de l’immunité innée : ces cellules réalisent la phagocytose, c’est-à-dire qu’elles détruisent les corps étrangers de manière non spécifique. Les cellules de l’immunité innée comprennent entre autres les macrophages et les neutrophiles ;
  • le complément : il s’agit d’un groupe de protéines qui joue un rôle dans l’immunité.

La réponse acquise ou spécifique

Cette réponse fait intervenir des cellules spécialisées appelées lymphocytes. Il en existe deux classes :

  • les lymphocytes B : ils sont responsables de la production d’anticorps. Lorsqu’ils rencontrent un agent infectieux, ils produisent des anticorps spécifiques dirigés contre celui-ci. Ces anticorps sont des protéines capables de se fixer sur les protéines étrangères et de détruire le pathogène. On les appelle également immunoglobulines ;
  • les lymphocytes T : ils peuvent détruire directement les particules étrangères. Ils sont produits dans le thymus.

Il existe des lymphocytes T et B dits à mémoire. Ces derniers gardent le souvenir d’un agent pathogène. Si cet agent infecte une nouvelle fois l’organisme, la réponse engendrée sera beaucoup plus rapide. C’est sur cette propriété du système immunitaire que sont basés les vaccins.

Les globules blancs ou leucocytes sont les cellules de l’immunité. Certaines ont une action non spécifique (comme les macrophages), et d’autres une action spécifique, comme les lymphocytes.

Photo : © Anne Weston, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Les informations présentes sur le site ne constituent pas des avis médicaux et ne sauraient engager la responsabilité du site ou de ses rédacteurs. Les compléments alimentaires ne doivent pas se substituer à une prise en charge médicale ni à un régime alimentaire varié, équilibré et à un mode de vie sain. Ils doivent être tenus hors de portée des enfants. Toujours prendre un avis médical, surtout pendant la grossesse. Les ingrédients étant naturels, les teneurs en nutriments annoncées (vitamines, oligo-éléments, polyphénols) peuvent varier légèrement. Ne pas consommer en cas d’allergie à l’un des composants ou en cas d’obstruction des voies biliaires.