Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Top

Pollution et pathologies

Pollution au DDT et Alzheimer…

Le DDT est un composé organochloré. Il a été démontré que certains composés organochlorés avaient un faible effet œstrogénique, c’est-à-dire se montraient suffisamment semblables à certains œstrogènes d’un point de vue chimique pour déclencher une réponse hormonale chez les animaux contaminés.

De façon générale, le DDT se concentre dans les systèmes biologiques, principalement les corps gras.

En outre, le DDT s’accumule de façon importante dans les poissons et d’autres espèces aquatiques; trente ans après son interdiction, ce pesticide a été retrouvé dans le bassin d’Arcachon en France.

En bout de course, la mer est l’émissaire naturel des pollutions humaines
L. Chauveau, Petit atlas des risques écologiques, Larousse, 2005

Le DDT (dichlorodiphényle-trichloroéthane) a été largement utilisé comme pesticide pendant une bonne partie du XXème siècle. Sa fabrication et son exportation ont été prohibés en 1972 aux États-Unis. Son utilisation a été interdite par la convention de Stockholm, signée en 2001 et effective depuis mai 2004. Néanmoins, les concentrations sériques de DDT en France sont loin d’être nulles, et pourraient durer encore longtemps du fait de la persistance de ce toxique bien peu biodégradable.

Une étude américaine menée sur 169 sujets (86 Alzheimer, 79 témoins) a montré que le fait d’être dans le tiers supérieur des niveaux de concentration en DDT mesurés dans le sang était corrélé à un risque 4 fois plus élevé de maladie d’Alzheimer, par rapport à ceux qui ont des taux dans le tiers inférieur (1).

L’augmentation importante des maladies neuro-dégénératives (Parkinson, Alzheimer) tout comme celles des troubles neuro-fonctionnels de l’enfant (TDAH, autisme) est influencée par un accroissement constant de l’imprégnation toxique de notre environnement: il est urgent de prendre conscience du risque potentiel que générent nos choix de mode de vie et d’alimentation ainsi que de supplémentation.

(1) Richardson JR & al : Elevated Serum Pesticide Levels and Risk for Alzheimer Disease – AMA Neurol. 2014;71(3):284-290

Des scientifiques ont récemment trouvé des quantités notables d’hexachlorobenzène (HCB) dans des stocks de krill de l’Antarctique (2). Le taux de contamination nécessite une surveillance dans ce domaine. Le HCB est un dérivé du DDT, insecticide encore employé dans l’hémisphère Sud pour contrer la reproduction des moustiques responsables de la transmission de la malaria (paludisme).

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=krill_huile_ps

(2) Bengtson Nash SM, et al. Persistent organohalogen contaminant burdens in Antarctic krill (Euphausia superba) from the eastern Antarctic sector: A baseline study.Sci Total Environ. 2008 Oct 9.

Selon des analyses faites par le United States Department of Agriculture (USDA), sur 14 huiles de poisson achetées aux États-Unis en 2001,  7 étaient des huiles de foie de morue et ces dernières contenaient encore plus de BPC et de DDT…

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=omega_3_huiles_poisson_ps

Les informations présentes sur le site ne constituent pas des avis médicaux et ne sauraient engager la responsabilité du site ou de ses rédacteurs. Les compléments alimentaires ne doivent pas se substituer à une prise en charge médicale ni à un régime alimentaire varié, équilibré et à un mode de vie sain. Ils doivent être tenus hors de portée des enfants. Toujours prendre un avis médical, surtout pendant la grossesse. Les ingrédients étant naturels, les teneurs en nutriments annoncées (vitamines, oligo-éléments, polyphénols) peuvent varier légèrement. Ne pas consommer en cas d’allergie à l’un des composants ou en cas d’obstruction des voies biliaires.